Tendances de marché

Musique, ça tourne : Marianne Danse un documentaire à soutenir !

17 avril 2019

author:

Musique, ça tourne : Marianne Danse un documentaire à soutenir !

Qui est Marianne ? Depuis le 18 mars dernier, ce prénom est sur tous les réseaux. Mais que sait-on hormis qu’elle danse et qu’elle est en campagne. Médias, artistes, promoteurs, politiques et lieux de fêtes la soutiennent en nombre mais pourquoi donc ? Marianne fait consensus, mais détrompez-vous ce n’est pas une personne ni un parti politique patriote mais bien toute une mouvance. Il s’agit de la génération d’acteurs qui ont fait les musiques électroniques françaises de notre décennie.

Le propos

Marianne Danse est un projet documentaire ayant pour ambition de représenter et mettre en lumière la scène électronique française en pleine expansion ces dernières années. L’objectif affiché est de mettre en exergue l’ensemble des acteurs s’activant quotidiennement à faire vivre l’écosystème des musiques électroniques françaises : du bed producer à la SACEM, du danseur au programmateur de festival sans oublier le disquaire de quartier ; tous les corps de métiers auront leur place !

Teaser du documentaire.

L’équipe & La genèse

Le projet de documentaire est porté par l’équipe de l’association Tapage Nocturne, que nous vous présentions l’été dernier dans une longue interview de Florent Aguerra, l’un de ses fondateurs. En bref, Tapage Nocturne est un promoteur des musiques électroniques lyonnais ayant, depuis 2012, organisé près de 200 événements à Lyon essentiellement, puis récemment Paris & Madrid. Avec plus de 350 artistes au compteur, tant internationaux que locaux. Tout a commencé avec une vidéo publiée à la rentrée des artistes s’exprimant quant à la scène lyonnaise et le travail de l’association. Véritable succès, celle-ci a encouragé à mener une réflexion bien plus globale quant à la scène électronique française, ses acteurs qui n’avaient jusqu’alors pas de photo de famille.

Après une étude, un documentaire ! 

Au même moment Shotgun présentait à la Paris Electronic Week et au MAMA Festival son étude sur l’événementiel électronique français. Après une tentative de la SACEM, notre technologie nous a permis de chiffrer pour mieux légitimer et représenter les dynamiques nationales et régionales de cette esthétique musicale. production événementielle, multipliée par 4 ces quatre dernières années, n’est plus seulement portée par Paris mais par de nombreux hubs régionaux tels que Lyon, Marseille, Nantes et bien d’autres. Si les fonds nécessaires sont récoltés, l’équipe de réalisation entend bien prendre la route de la musique électronique jusqu’aux quatre coins de l’hexagone. Shotgun soutient ce projet documentaire car il s’inscrit dans la parfaite continuité de son étude, après avoir chiffrer et présenter le marché événementiel électronique et les grandes dynamiques artistiques et comportements du public, ce documentaire vient compléter sa représentation et valorisation de l’écosystème. Marianne Danse pareillement s’intéressera aux tendances tant nationales que régionales, avec un focus fait sur les diverses activités et métiers qui se sont créés pour permettre au marché de se constituer afin de mieux concurrencer aujourd’hui  les référents allemand et néerlandais. 

Les avantages du format documentaire 

Si le lectorat principal de notre étude était des professionnels du secteur et des organismes institutionnels et associatifs, un documentaire possède l’avantage d’être tout public. Ajouté à cela, notons que son et image remplaceront diagrammes et autres courbes de croissance, ainsi une place grandissante est accordée à l’humain, à l’artistique et aux trajectoires individuelles des acteurs qui font vivre les musiques électroniques partout en France aujourd’hui. Cette initiative a pour principal objectif de capturer un témoignage de l’émulation collective à l’échelle du pays que nous vivons depuis 10 ans, qui va de pair avec une vague d’acceptation et de légitimation. Il existe quelques documentaires sur la scène électronique française –  parmi les plus connus ExTaz de Xanaé Bove, French Waves de Julian Starke, Sous le Donjon de Manu le Malin ou récemment Le Pas Sage – tous font nostalgiquement écho aux années underground des 90s, à la French Touch ou ne sont pas assez généraux pour témoigner d’un mouvement générationel.  

Une campagne de financement pour se lancer

Le budget moyen d’un film en France est estimé à 4,4 millions d’euros, or pour ce projet documentaire l’équipe quasiment entièrement bénévole du documentaire ne demande qu’à minima 30 000 euros pour pouvoir se lancer dans l’aventure et partir à la recherche de financements publics et institutionnels. Un budget très limité mais vital pour l’accomplissement de cette initiative dont l’équipe totalement transparente nous présente les principaux postes de dépenses.

Depuis le 18 mars dernier, une campagne de crowdfounding a été lancée sur la plateforme kisskissbankbank pour cela. Au delà d’offrir des premiers fonds pour la réalisation du documentaire, cette campagne est aussi un moyen de sonder l’opinion publique et les acteurs du public quant à l’utilité et la portée d’un tel documentaire. Un mois plus tard, un jour avant la fermeture de la cagnotte en ligne, le résultat est sans appel: les soutiens sont nombreux – Laurent Garnier, Manu le Malin, Concrète, La Machine du Moulin Rouge, Nuits Sonores, Trax, Mix Mag, Rinse la ville de Lyon, Shotgun et bien d’autres; 14 500 euros récoltés grâce à la générosité, à la confiance et au soutien de près de 285 contributeurs. Un jour pour récolter les 52% de la somme restante, le projet de Marianne Danse nous surprendra-t-il comme le festival de la Chinerie il y’a quelques années ? Nous l’espérons car ce documentaire est une initiative qui, au delà de rassembler et de rendre hommage à une génération d’acteurs de la musique électronique, permettra une reconnaissance internationale de notre scène nationale. 

Musique et Action ! Comme Shotgun ne tardez plus à soutenir et contribuer à cette histoire nationale qui est la nôtre ! 


Leave a comment

Laisser un commentaire

JE CRÉE MA BILLETTERIE !