Tendances de marché

Étude Shotgun #3: Genres et sous-genres de l’événementiel électro français

août 20, 2018

author:

Étude Shotgun #3: Genres et sous-genres de l’événementiel électro français

Troisième volet de notre étude, focus obligé sur l’artistique !

La musique électronique rassemble une grande diversité de courants historiques, artistiques et de pratiques esthétiques. House, techno, gabber, minimale, psytrance, drum & bass, dubstep… il n’est pas aisé de se retrouver entre toutes ces appellations tant les genres et sous-genres de la musiques électroniques sont divers et variés. Pour mieux saisir les subtilités existantes entre les genres et sous-genres de la musiques électro, nous nous sommes intéressés à leur histoire, leurs caractéristiques artistiques, les artistes qui les représentent ainsi qu’à leur diffusion et évolution sur l’ensemble du territoire français. 

Quelques points clés à retenir !

L’électro en France, un marché oligopolistique 

Les genres historiques de la musique électronique que sont la house et la techno continuent à dominer largement les line-us français et représentent à eux seuls près de 60% du marché global national. En parallèle, nous comptabilisons une dizaine de sous-genres qui se repartissent le reste de l’offre événementielle électro. La pré-dominance des premiers peut s’expliquer par de multiples facteurs tels que l’ancienneté sur le marché, une facile accessibilité qui permet de toucher un plus large public et médias mais également le fait que de nombreux artistes plus spécialisés dans un sous-genre peuvent être comptabilisés dans le grand ensemble house ou techno.  

House et Techno, genres historiques en nette progression  

La démocratisation de la musique électronique et l’explosion du marché que nous avons constaté dans notre première étude s’accompagne de fait d’une popularité et présence nettement croissante de la house et de la techno dans les intentions de sorties exprimées par le public pour des événements électro.

Depuis 2014, la house est triplement plus sollicitées par le public ce qui engendre une présence également accrue dans les line-up; la techno, quant à elle initialement moins populaire, connait une progression bien plus rapide et saisissante avec une multiplication par  11,5% de sa popularité.

Top 3 des sous-genres électro 

À partir des années 90 dans le sillage de la house et de la techno, on assiste à la naissance d’une myriade de sous-genres. Voici le top 3 des sous-genres ayant connu la plus forte progression en France depuis 2014. 

10 fois plus de Hardcore !

La hardcore – et ses branches les plus répandues, l’acidcore, la frenchcore, speedcore, J-core et la darkcore – connait un véritablement engouement ces dernières années; se cantonnant longtemps aux seules free parties la voici de plus en plus mise en avant sur le marché événementiel électro « traditionnel ». Elle se démarque des autres courants par la revendication d’une identité plus radicale, plus dure illustrée par une grande rapidité de son tempo (à partir de 160 bpm), des kicks et des basses intenses, mais également par la saturation des sons rappelant l’aspect expérimental de la musique industrielle. 

Le genre s’est répandu a travers l’Europe occidentale (Belgique, Pays- Bas, Allemagne Royaume-Uni et France) avec le développement des free parties et des sound systems itinérants. Manu le Malin, Laurent Ho, Pat Cash, Christ of Noise sont les artistes pionniers du mouvement en France, sans oublier les Teknocrates ou encore Heretik System, soundsystems ayant largement contribué à la diffusion du genre au sein du mouvement free party. 

À voir pour en savoir plus: We had a dream, documentaire sur les Heretik System de Damien Raclot-Dauliac. 

8 fois plus d’Acid House !

L’acid house se distingue des autres sous-genres par un minimalisme tirant son originalité de l’utilisation d’une basse analogique créée à partir du célèbre synthétiseur-séquenceur Roland TB-303 permettant la déformation profonde de  sons par modulation des fréquences et des résonances. Parmi les acteurs français ayant contribué à l’émergence du genre dans l’hexagone nous pouvons citer Laurent Garnier et les Daft Punk du coté artistes ou encore les pionniers du  mouvement rave tel que Manu Casana. L’acid house n’a rien perdu de sa popularité, si bien que ces quatre dernières années que l’acide est 8 fois plus présente dans nos line-up qu’il y a 4 ans, on peut faire l’hypothèse que ce phénomène va de pair avec résurgence du mouvement rave en Île-de-France notamment.

À voir pour en savoir plus: They call it Acid, documentaire de Gordon Mason 

6,72 fois plus de psytrance !

 La psytrance ou transe psychédélique se caractérise par des arrangements hypnotiques, des rythmes synthétiques et des mélodies complexes créées par des superpositions de couches sonores et des riffs à fort tempo (entre 130 et 165 bpm). 

La première forme de trance, dite Goa, émerge en Inde fin 1980 et influence fortement l’évolution du style, offrant désormais une grande variété de sous-genres au sous-genre lui-même. Par exemple citons la natural trance dans laquelle s’inscrive les populaires français des Hilight Tribe. 

À écouter pour découvrir: https://www.youtube.com/watch?v=36M2M3lw6D0

Force est donc de constater que les genres historiques et pionniers de l’électro -house et techno – restent prépondérants dans le paysage événementiel électronique français. Il convient cependant de mettre en exergue que l’ensemble des sous genres et esthétiques qui en sont dérivés a connu un considérable accroissement sur la période entre 2014 et 2017. Phénomène qui peut s’expliquer par la démocratisation de la musique électronique à grande échelle, la multiplication d’acteurs/promoteurs qui tendent à se spécialiser pour mieux se distinguer et rester concurrentiels, ainsi qu’un public plus informé et sélectifs grâce à la masse d’informations et à de larges bibliothèque sonores disponibles sur Internet. 

À suivre dans notre prochain article, le rôle des acteurs dans la diffusion et la démocratisation de ces sous-genres émergents. 





Leave a comment

Laisser un commentaire